HEIDI WEBER: ANEKDOTEN

 

My collaboration with Le Corbusier
1958 to 1965

Anecdotes

 

1. A monster of perseverance

Proof of “first drunkenness”
(whisky and white wine in mezzanin)
A “House of Men”
“invented” by Heidi Weber,
(monster of perseverance,
devotion and enthusiasm)
-My friendship for Heidi Weber
Zurich, 25.11.60
her victim
Le Corbusier
Zürich, 24.11.1960

For Le Corbusier I gladly changed my habit of only serving non-alcoholic beverages. For once Ioffered alcohol and, especially for Le Corbusier, his beloved whisky. It was a relaxed, cheerful atmosphere and Le Corbusier himself was in a splendid mood.

His inscription to me embodies this relaxed atmosphere. To abandon the thought of giving up the realisation of the museum in the light of tremendous problems and huge financial worries, including the risk to lose everything, this inscription also entailed the necessity for me to become a “monster of perseverance”.

Being a “monster of devotion” was the essential condition for being able to work with a genius like Le Corbusier. A “monster of enthusiasm” also required selflessness.

The enthusiasm for Le Corbusier‘s work enabled me to persevere for so many years until today. I was born with this gigantic willingness to persevere and it was trained in small steps for all these years of my long and healthy life.

2. The first trip to Le Corbusier

I gave away my beloved car, a Fiat Topolino for my first original work by Le Corbusier — a small collage. As the proud owner of this original, I imagined myself to be the richest woman in the world.

My desire for an oil painting had led me to one of his friends, who told me that atthe time Le Corbusier spent all of August at Cap Martin. With a phone call, a meeting was arranged and I was on the first plane to Nice the next morning.

We met for the first time in the Restaurant Etoile de Mer at Cap Martin. It was as if we had known each other for a long time. During a wonderful meal with a magnificent view of the Mediterranean, I expressed my wish to acquire one of his oil paintings.

He asked: „Combien vous voulez payer pour une peinture?“ „How much are you willing to pay for a painting?“ I answered spontaneously: „Monsieur, j‘ai dix milles Suisse francs à la banque.“ „Monsieur, I have 10,000 Swiss francs in the bank.“

He was amazed by my reply. „Vous voulez vraiement payer tant que ça?“ „Do you really want to pay that much for it?“

3. Chicken or beef?

After our first three-day encounter at Cap Martin in 1958, Le Corbusier escorted me to the small train station at Roquebrune, where a little footpath led along by the tracks. The personal accompaniment was particularly courteous and we waited together at the station for the train from Genoa that would take me to Nice and the airfield.

As I got into the train, he said with a friendly smile and loveable intonation: „Téléfonez-moi, je suis à partir du 1er septembre de nouveau de retour à Paris, vous pouvez m‘atteindre à mon atelier 35, rue de Sèvres.“ „Phone me, I will be back in Paris again after the 1st of September. You can reach me in my studio at 35, rue de Sèvres.“ I could barely wait for the day, the 1st of September, and that morning, for once, I was in my studio-galley „mezzanine“ in Zurich on the dot of 9.

That was my first phone conversation with him after our three-day meeting. I was nervous, which normally I never am, but this second contact was very important for me. When I gave my name, he said with a positive voice: „Ah, c‘est vous quand c‘est que vous venez à Paris?“

„Ah, it‘s you, when are you coming to Paris?“ „Demain, Monsieur.“ „Tomorrow, Monsieur.“ Evidently, my answer pleased him as, with special emphasis, he said: „Alors, je vous invite à manger chez moi à la maison. Venez me chercher à 13 heures à mon atelier rue de Sèvre.“

„Well, then, I‘d like to invite you to dine with me at 1 pm in my studio at 35, rue de Sèvre.“ Le Corbusier: „Que-est ce que vous désirez à manger? Un poulet ou une entrecôte?“ „What would you like to eat? Chicken or beef?“ „Chicken, Monsieur.“

4. All sold

Le Corbusier pledged me only a few works at Cap Martin. Given my enthusiasm and admiration for his art works and my conviction that my clients would be delighted with them, he gave me three oil paintings and ten small-format original works: drawings, water colours, pastels. The exhibition aroused considerable interest and enjoyed extraordinary success.

During the exhibition, Le Corbusier called me constantly from Paris and asked: „Est-ce-que l‘exposition a du succès?“ „Is the exhibition a success?“ His question surprised me somewhat. I answered cheerfully: „Oui Monsieur, il y a beaucoup de visiteurs.“Yes, Monsieur, lots of visitors.“ I was not aware that he was thinking about the sales success.

On one of the final days, there was another call from Paris and I was put through to Le Corbusier: „Madame Weber, est-ce que vous avez vendu quelque chose? „Madame Weber, have you sold anything?“ I was badly shaken because not one of his works had been bought.

But I could not tell him the truth, so I held my breath for a second and answered in bad conscience because I had to lie: „Oui Monsieur, j‘ai tous vendu!“ „Yes, Monsieur, I have sold all of them!“ I was not aware that commercial success was important to him.

For him, it was more about the recognition of his works than money. At this point, I was the only passionate collector of his works.

I was, in fact, the purchaser of the complete works.

5. The first buyers

During my next meal with Le Corbusier in Paris he happily told me that he had called the Minister of Culture, André Malraux, and told him that an exhibition of his pictures had taken place in Zurich and all the works had been sold.

Only the Swiss understood his painting. I had to control my facial expression, given that I was the sole purchaser of the entire exhibited works. I knew, however, that my lie was an affectionate lie and not one in the true sense of the word.

Around two months later, he returned to the subject of the sales success. „Madame Weber, il faut doubler les prix, c‘était trop bon marché, c‘est pour ça que vous avez tous vendu.“ „Madame Weber, you will have to double the prices. The works were too cheap. That‘s why you sold all of them.“ A friend must have suggested that to him. I didn‘t bat an eyelid and said boldly: „Oui Monsieur, je suis d‘accord.“ „Yes, Monsieur, I agree.“ I went back to Zurich, doubled the prices and, lo and behold, the buyers appeared. I was thrilled that finally I had some earnings.

6. A gentleman

During the first exhibition, an apparently important person, going by his appearance at least, entered my „mezzanin“ studio gallery. He presented himself as a major collector from Stockholm.He was excited and impressed by his discovery of Le Corbusier‘s works and bought a small, original pencil drawing.

A few days before this visit, I had received the model for my planned concrete museum from Le Corbusier and had placed it on a pedestal.

I told the Gentleman that I had given Le Corbusier the order for the design of a museum and that this model represented his plans. Shortly after this visit, the man attempted to meet Le Corbusier in Paris to win him over for a museum to house his collection in Stockholm.

During my next visit with Le Corbusier in Paris, he mentioned that he had met a certain Mr Ahrenberg, a major collector from Stockholm, who had visited the exhibition of his work in my gallery. With a questioning look, he said: „C‘est un Monsieur très bien.“ „He is a very fine man.“

My answer: „Monsieur, je ne trouve pas.“ „Monsieur, I don‘t think so.“ Le Corbusier: „Heidi Weber, attention, vous jugez trop vite, c‘est un Monsieur très bien." Heidi Weber, be careful, you judge too hastily, he is a very good man.“ „Monsieur, je ne crois pas, mais le temps le montrera!“ „Monsieur, I don‘t think, but time will tell.“

For me, a tense, unpleasant atmosphere developed around this man.The Ahrenberg-Museum was never built, because the "Monsieur très bien" made wrong finances buisenesses and was in 1962 in Sweden

7. Not one of my best friends

During the many years of exhibition work throughout our partnership, Le Corbusier often said to me, with a melancholy undertone in his voice: „Vous savez, Madame Weber, il n‘y a pas un des mes meilleurs amies qui aurait fait pour moi ce que vous faites, vous êtes la seule personne qui avait fait quelque chose pour moi.“ „You know, Madame Weber, not even one of my best friends would have done for me what you do. You are the only person who has done anything for me.“

 

8. Escale…

« Monsieur Le Corbusier prend un avion d’Air France pour les Indes, le vendredi 15 avril, vol 682, faisant escale à Zurich de 14h 05 à 21h 10. Il serait très heureux s’il vous était possible de venir le voir à l’aéroport.» La secrétaire J. Heilbuth.

Je me réjouissais de sa visite, même si c’était seulement pour quelques heures. C’était le 15 avril 1960, par une belle journée à Zurich.

Je me suis rendue à l’aéroport et l’ai reçu sur le tarmac. A sa descente de l’avion, nous nous sommes salués et avions immortalisé cette réception par une séquence photographique.

Le Corbusier face à cette réception s’est exprimé par un sourire inhabituel et éblouissant au moment où nous sommes serrés la main. Nous avions pris ma voiture en direction du parc Zurichhorn, au bord du lac.

J’étais consciente que je n’avais que quelques heures à passer avec lui. J’avais eu une vision et je ne pouvais pas m’expliquer cette apparition fugace.

Intuitivement j’ai eu le sentiment qu’il me fallait durant cette promenade lui faire part de cette image mentale qui s’est imposée à moi. Après quelques instants de promenade, il me regarda d’un air septique et me demanda : « Pourquoi vous me faites promener ici ?»

- « Monsieur, j’aimerai construire une maison-musée de vous dans ce parc ! » Le Corbusier estomaqué : « Ne me dites pas que vous pouvez construire dans ce beau parc ! », et après un court instant, il poursuivit : « Non, je ne ferai plus rien pour les suisses, les suisses n’ont jamais été chics avec moi. »

Ma réponse à ce moment a été très importante et juste : « Monsieur, personnellement je n’investirai même pas CHF 100.— dans les suisses, puisque je voulais émigrer depuis que j’avais 14 ans, mais je suis consciente d’un fait, c’est qu’avec vous je peux faire quelque chose de non suisse en Suisse; un monument qui dépassera les frontières... »

Ma réponse hardie et mon argument de dépasser les frontières l’ont convaincu. Il me répondit avec une voix enchantée et très enthousiaste : « Oui, vous avez raison, on le montrera à ces suisses. »

9. Au restaurant Öpfelchammer

A la fin de notre promenade au Zurichhorn, je l’ai invité à dîner, avant l’heure, au restaurant Öpfelchammer, un des plus vieux bistrots de Zurich, au Rindermarkt, dont les fondations remontent au moyen-âge.

Dans une atmosphère pleine d’ambiance chaleureuse, j’ai pu lui exposer plus précisément mes intentions concernant le musée. Je lui disait que malgré mon grand succès de décoratrice d’intérieur et de tout ce que j’ai gagné je n’avais jamais souhaité posséder une villa, des bijoux ou avoir beaucoup d’argent à la banque. Je lui expliquais que j’ai toujours eu la conviction et le désir de réaliser quelque chose d’important avec l’argent que j’ai gagné durement.

Par les multiples expositions réalisées jusqu’alors à ma galerie Studio Mezzanin, il m’apparaissait évident de construire par Le Corbusier une architecture qui abriterait toute son oeuvre, et en d’autre termes une construction unique qui figurerait comme une oeuvre totale.

Au terme de cette rencontre, Le Corbusier ravi par sa promenade et par le dîner, était je le crois réellement heureux de ma proposition. Cette journée mémorable est devenue un des moments les plus importants de ma vie et de mon futur.

10. Retour au métal

Trois mois après notre promenade d’avril 1960, au Zurichhorn, Le Corbusier m’envoya des plans en couleur et une maquette pour une construction en béton du futur musée.

Cette maquette était intéressante mais ne m’a guère enthousiasmée, parce que je n’étais pas persuadée que le béton appartiendrai au futur. Six mois plus tard, Le Corbusier m’envoya une seconde maquette pour une construction en métal et verre.

Je me suis réjouie de cette transformation et de sa nouvelle proposition. Un musée en métal signifiait que la construction impliquerait de la préfabrication et des façades en éléments. Son projet m’a conquise totalement.

Trois mois plus tard, Le Corbusier m’a déclaré lors d’un dîner chez lui à Paris : - « Madame, nous sommes retournés au béton parce que vous ne savez pas ce que vous risquez avec le métal. Le métal est plus difficile.

» Ma réponse a été ferme : « Monsieur, je suis très déçue parce que j’aime l’idée du métal. La construction en métal représente le futur.

De plus, je suis tout à fait consciente que je risque tout avec vous, alors faisons la en métal. » Face à mon courage et à ma détermination, Le Corbusier acquiesça à ma demande, avec un sourire doux et reconnaissant parce que j’étais prête à tout risquer pour son bâtiment.

11. Grand ou petit

En 1962, j’étais invitée par 3 conseillers municipaux, pour une importante réunion. La raison en était que le chef du département des bâtiments avait reçu la visite d’un professeur de l’école polytechnique fédérale de Zurich, M. Roth.

Ce dernier qui se targuait d’être l’ami de Le Corbusier leur proposa de ne pas donner l’autorisation à Mme Weber de construire une maison dessinée par Le Corbusier.

Il exhorta la ville de Zurich de commanditer à Le Corbusier un grand bâtiment plutôt que de laisser réaliser cette petite maison. Cette initiative n’était pas de mauvaise foi (je l’espère ! ), mais je pense que la démarche de Roth me paraissait bête et dangereuse.

Les différents membres du Conseil municipal étaient incertains de leurs décisions, ne sachant pas réellement si, en tant que jeune femme, je réunissais toutes les conditions pour la réussite de mon grand projet.

- « Messieurs, permettez-moi de vous donner mon point-de-vue sur la démarche de M. Roth. Il me semble que M. le professeur ne sait pas qu’un chef d’oeuvre est indépendant de ses dimensions.

Deuxièmement, par ailleurs je n’empêche pas la ville de Zurich de commanditer un grand bâtiment de l’architecte. Enfin, pour une commande importante, il me semble que vous arrivez trop tard, parce qu’actuellement Le Corbusier est d’une santé fragile.

De plus, je pense que deux bâtiments de Le Corbusier ne feraient pas de tord pour la ville, bien au contraire, ce ne serait que profitable pour Zurich.

Après mon argumentation claire et ferme, j’ai totalement persuadée les différentes personnes du Conseil à accéder à ma demande, et j’ai écarté le danger de ne pas voir la maison réalisée.

Nous les femmes, en 1963, nous n’avions pas encore l’égalité des droits ni le droit au vote. Ce qui m’a sauvée réside dans le fait que j’étais une femme divorcée et n’avait pas de compte à rendre, ni de besoin de demander la permission à un mari.

Je suis persuadée qu’aucun suisse mari aurait supporté les gros risques liés à mon projet. Et si je n’avais pas été divorcée , ce chef d’oeuvre de Le Corbusier ne serait jamais érigé dans le beau parc, au bord du lac de Zurich.

« Seule une construction réalisée présente sa vrai valeur ! »

12. Comme une traînée de poudre…

La première visite de Le Corbusier en novembre 1960, à ma deuxième grande exposition Le Corbusier, peintures grands formats , a été couronnée d’un succès indescriptible.

La nouvelle de la présence du Maître à Zurich s’est propagée comme une traînée de poudre dans la ville. Les ruelles de la vieille ville, adjacentes à ma galerie ont été complètement bouchées par des centaines d’admirateurs et d’acheteurs.

Quelques jeunes collectionneurs (rares à cette époque) m’ont demandé d’être présentés au Maître, ce que je lui ai transmis : « Monsieur, vos collectionneurs aimeraient être présentés à vous ». « Heidi Weber, faites comme vous voulez, mais je ne veux pas voir ces gens là ! »

« Monsieur, ce ne sont pas des gens qui ont seulement de l’argent, ce sont des jeunes gens qui aiment votre peinture et qui ont fait des sacrifices pour acquérir une oeuvre de vous. »

« Bien, d’accord, pour vous faire plaisir présentez-les à moi » m’a t-il répondu avec une expression tendue et sceptique. Après lui avoir présenté deux ou trois personnes, son visage s’est détendu, il se retourna vers moi, avec un sourire :

« Heidi Weber, cela me rend très heureux de savoir mes enfants dans des bonnes mains chez vous. » Je n’aurais pas pu souhaiter une plus belle preuve de sa confiance !

13. Hôtel ermitage

Le Corbusier est arrivé le 2 novembre 1961 à Zurich où il a passé 2 jours afin d’assister à l’inauguration de l’exposition de ses peintures Grands formats, dans ma galerie Studio Mezzanin.

J’avais réservé deux chambres à l’hôtel Ermitage à Küsnacht, près de Zurich. Lors de son enregistrement, il a été très surpris d’apprendre que j’avais prévu deux chambres à son nom.

Avec un sourire intrigué : « Pourquoi deux chambres ? » « Monsieur, j’ai pensé que vous allez avoir le plaisir de pouvoir peindre le matin dans la deuxième chambre, comme à votre accoutumée à Paris, avec le calme et la belle vue sur le lac.

Je viendrai vous chercher à 13 heures pour le déjeuner. » Je lui ai également signalé que je n’avais dit à personne où il logeait, ni à ses amis, ni à la presse.

Un jour avant son arrivée, j’avais reçu un téléphone d’Alfred Roth, professeur à l’Ecole Polytechnique fédérale de Zurich qui me demanda où Le Corbusier logerait.

Sur un ton arrogant, il ajouta de communiquer à Le Corbusier qu’il allait donner une réception dans sa demeure en son honneur. En dépit de mes sentiments, j’ai du transmettre à Le Corbusier le message de Roth.

Le Corbusier n’avait pas été enchanté de cette invitation et m’a répondit d’un air agacé : « Heidi Weber faites comme vous voulez, mais je ne vais pas chez celui-là !»

14. Le kirsch de zoug

Le Corbusier aimait les restaurants simples. Je lui ai parlé de la Kronenhalle, une brasserie connue mondialement où toutes les célébrités viennent pour se montrer et ripailler, en ajoutant : « J’ai pensé que vous préfèreriez un lieu simple dans la vielle ville. »

Le Corbusier : « Heidi Weber, je sais apprécier cela ! » Je l’ai alors invité au restaurant Öpfelchammer, un restaurant m édiéval, unique à Zurich. Il a été très enthousiasmé de l’atmosphère, de la copieuse cuisine suisse et de la qualité du kirsch de Zoug.

Ma finesse de n’avoir surtout pas été m’exhiber avec lui à la Kronenhalle est un exemple extrêmement important de ma conduite juste, à son égard et dans chaque situation.

15. Le premier chèque

L-C : « On dit que je suis riche. Je n’ai pas un sou. Je n’ai jamais eu d’argent. » Grâce à ma fascination pour son OEuvre pictural et le grand succès de mes expositions-ventes dans ma galerie Studio Mezzanin, j’ai eu l’occasion de l’émoustiller en lui remettant un chèque.

Grâce à celuici, il a ainsi pu mieux payer ses fidèles collaborateurs, comme par exemple, sa secrétaire, Mme Jeanne Heilbuth.

Une femme qui durant vingt années a assumé le secrétariat de Le Corbusier avec une complète abnégation et parfois avec de grands sacrifices. Elle était nommée avec un grand respect « Madame Jeanne » par Le Corbusier et ses collaborateurs.

Son conseiller et vieil ami neuchâtelois, un banquier privé dont je tairais le nom par discrétion à l’égard de sa famille, apprenant ces épisodes, s’est rendu de suite à Paris. Il signifia à Le Corbusier qu’il ne comprenait pas son action et lui demanda, que Madame Weber lui remette directement le chèque.

Le Corbusier s’est senti comme mis sous tutelle. J’ai appris plus tard par ses anciens collaborateurs sa rétorque à son ami banquier : « J’ai toute ma vie était sans argent à la banque et j’ai maîtrisé la situation ! », puis dans une rage folle a mit son ami à la porte !

16. Courses en taxi

Mes visites régulières, toutes les deux semaines, dans son atelier, rue de Sèvres, concernaient la construction du musée et s’achevaient à 13 heures précises.

Nous allions après déjeuner dans son appartement, rue Nungesser et Coli, et ensuite nous travaillions sur les projets d’expositions à organiser dans ma galerie Studio Mezzanin.

Nous prenions toujours un taxi à la rue de Sèvres pour rejoindre son appartement privé. Parmi les milliers de taxis dans Paris, il n’y avait pas un seul de ces chauffeurs qui aurait reconnu ce fameux Monsieur âgé ! Le Corbusier aimait cela.

Dès lors que nous étions installés dans le taxi, Le Corbusier dans une joie enfantine ordonnait au chauffeur son itinéraire. Je me souviens avec joie d’une anecdote spéciale.

Nous n’avions pas encore démarré que le chauffeur demandait à Le Corbusier : « Monsieur, pouvez-vous m’indiquer la route ». Le Corbusier surpris répondis de façon drôle : « Comment se fait t-il qu’un chauffeur de taxi ne connaisse pas la route ?»

« Monsieur, j’ai travaillé dans l’usine automobile Renaud, mais avec mon misérable salaire je ne pouvais pas nourrir ma famille. » Le Corbusier a été très touché par les confidences du chauffeur, et avec une profonde empathie, il le dirigea gentiment.

A la fin de la course, il lui donna un pourboire royal. Le Chauffeur qui s’est confondu en remerciements n’avait aucune idée que ce Monsieur âgé et aimable était un des plus grands maîtres en architecture, mondialement connu et reconnu.

17. Choix délicat

La réalisation des expositions et des catalogues à la galerie Studio Mezzanin résultait toujours d’un travail intensif, captivant et concentré.

J’étais consciente que chaque oeuvre que je choisissais pour une exposition ou pour la vente demeurait une décision délicate pour Le Corbusier.

Au moment du choix, lorsque j’avais les oeuvres en main, petites ou grandes, je les prenais toujours avec délicatesse et, dans un geste interrogatif, je lui demandais avec hésitation s’il était d’accord avec mon choix.

Il arrivait souvent que Le Corbusier me répondait : « Hé non Heidi Weber, j’ai encore besoin de cette oeuvre. »

Je comprenais qu’il avait peut être besoin de l’oeuvre pour son thème afin qu’il la travaille sous d’autres formes ( peintures, sculptures tapisseries, etc..)

Je pense pouvoir dire que sans mon empathie, Le Corbusier n’aurait pas travaillé si longtemps avec moi, dans tous les domaine de notre collaboration.

18. Le plateau en bois

Une situation très spéciale s’est présentée un après midi dans son atelier, rue Nungesser et Coli.

Une table improvisée par lui, composée d’un plateau en bois contreplaqué, posé sur deux chaises en osier, et au-dessus, une montagne de dessins, d’esquisses, de notes et différents autres originaux, le tout dans un ordre chaotique.

En somme, il avait travaillé à cette table pendant longtemps. Je lui disais : « Mais Monsieur, vous ne pouvez plus travailler à cette table. » Il répondit : « Oui, c’est malheureux, mais je n’ai personne qui m’aide à la nettoyer. »

« Monsieur, moi je peux vous aider. Alors attaquons tout de suite. » « Voulez-vous vraiment faire cela? » avec un sourire content. J’ai alors pris chaque oeuvre délicatement et l’ai rangé.

Une fois la table débarrassée de toutes les oeuvres, je me suis mise à la nettoyer. A ce moment, avec un sourire malicieux qui me reste gravé dans ma mémoire, il me dit : « Madame ce n’est pas tout, enlevons ce plateau.

» A ma grande surprise, en retirant le plateau, je découvris la même situation en dessous, avec moult autres oeuvres dans un ordre toujours chaotique.

Je compris que lorsque sa table de travail était bondée d’oeuvres, il superposait un nouveau plateau pour continuer son travail,

Dans ces pareils moments de notre collaboration, il se passait entre nous une complicité taquine.

19. Le problème avec les suisses

Lors du débat concernant la demande de permission de construction du musée, il se trouvait parmi les personnes présentes, tant au Grand Conseil qu’au Conseil municipal, des avis autant favorables que défavorables.

Je n’ai jamais parlé à Le Corbusier de mes tourments en espérant qu’il ne les apprennent jamais. Quand il me questionnait : « Madame, n’est ce pas que vous avez des problèmes avec vos suisses ?

» Je lui répondais sur un ton clair et ferme : « Non Monsieur, je n’ai pas de problèmes, tout va bien, les problèmes sont là pour être résolus. »

20. Vous avez raison !

Un jour, quand je me suis rendue à son petit bureau personnel de l’atelier, rue de Sèvres, Le Corbusier avait un visage aux traits tendus que je ne lui connaissais pas. Normalement, il y avait sur sa petite table beaucoup de documents sur nos projets en commun.

Ce jour là, il y avait sur cette table, seulement des piles de coupures d’articles de la presse zurichoise. J’ai été choquée par cette découverte et instantanément je compris qu’il s’agissait d’articles nuisibles sur le projet du musée qui lui ont été remis par un de ses meilleurs amis, comme il le prétendait, le Pr. A. Roth, de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich.

En colère, il me demanda, en me montrant la montagne des coupures de presse : « Vous qui dites toujours que tout va bien, que dites vous de ça ? »

Lors de cette situation délicate, j’étais bien aise d’avoir eu de façon spontanée la réponse juste et appropriée. Dans un ton énergique et déterminé, je lui répondis : « Monsieur, je trouvais cela absolument inutile de vous informer de toutes mes difficultés.

L’essentiel est que nous deux, nous savons ce que nous voulons. » Soulagé et avec un regard lumineux, il me répondit: « Oui, vous avez raison, on le montrera à ces suisses ! »

En cette situation difficile, j’ai empêché grâce à ma réponse claire la possibilité que Le Corbusier puisse annuler notre projet. Et le pire, si cela avait été le cas, je n’aurais jamais pu retourner vers lui pour le dissuader.

21. Le solitaire

Pour réaliser mon idée de construction du musée de Le Corbusier, j’avais besoin de l’approbation du Conseil municipal. En 1960, tous les sept conseillers municipaux était des politiciens sympathiques et engagés.

J’ai été leur rendre visite personnellement à la mairie, les uns après les autres. Mise sous pression par le temps et par l’état de santé fragile de Le Corbusier, il me fallait agir avec ma verte énergie associée à mon charme et à ma capacité diplomatique afin de persuader ces différents politiciens d’entériner mon projet.

Seul le chef du département des finances me posait problème. Le chef des finances s’attendait certainement à rencontrer pour un projet aussi important que le mien, une femme élégante, riche et certainement pleine de bijoux, c‘est pour cela que j‘ai dû assurer un rôle quelque peu désagréable.

Premièrement, j’étais à ce moment encore jeune et surtout je ne possédais ni bijoux, ni habits élégants, et cela ne correspondait pas à mes souhaits.

Pour pouvoir jouer ce rôle nécessaire, j’ai décidé d’emprunter auprès d’une de mes amies, un gros solitaire et un bracelet en or.

Le chef des finances avec ses gros yeux a admiré le gros diamant que je portais. J’étais gêné du rôle que je jouais, cependant grâce à ce solitaire, j’ai gagné le septième conseiller pour ma cause !

22. Marathon contre la montre

L’histoire du contrat du permis de construction du musée, d’une surface de 425 mètres carrées, s’est compliquée lors des différentes délibérations du Conseil municipal, par l’apparition de plusieurs avis négatifs.

A ce moment, commençait pour moi un marathon contre la montre parce que j’étais consciente que Le Corbusier n’était plus très jeune.

Poussée par une force intérieure, j’ai dû rencontrer les trois-quarts des membres du Conseil municipal, soit septante-cinq conseillers, les uns après les autres, durant 2 à 3 mois, à raison d’une fois par semaine, soit le mercredi, dans le hall du parlement, afin d’arriver à obtenir un accord de majorité aussi rapidement que possible, sans perdre de temps.

Il n’existait pas à ce moment de femmes en politique. Ma démarche fougueuse a quelque peu dérangé ces messieurs, au point où plusieurs journaux ont commenté mes agissements en en faisant leur unes.

23. Mauvaise humeur

En mai 1963, lorsque j’arrivai à l’atelier rue de Sèves, la secrétaire me reçut avec un visage soucieux : « Madame, vous tombez très mal aujourd’hui, Monsieur Le Corbusier est de mauvaise humeur. »

Là, j’ai de suite compris que quelque chose de contrariant en relation avec le projet du musée s’est certainement déroulé.

Durant toutes les années passées, il était toujours de bonne humeur quand j’arrivais et paraissait réjoui de ma venue puisqu’il me disait souvent :

« Madame Weber, venez plus souvent à Paris, cela me fait toujours plaisir, parce que vous avez toujours le sourire et vous n’êtes pas emmerdante comme les autres gens. »

24. C’est du vieux jeu

En 1958, lors de ma première rencontre avec Le Corbusier, à Cap Martin, je n’ai pas tari d’éloges au sujet de ses sièges. Ses modèles ont été conçus et réalisés comme prototypes en 1928.

A cette époque, aucun fabricant n’a été suffisamment intéressé pour les manufacturer en série.

J’avais la ferme conviction que ces sièges n’avait rien perdu de leur modernité, bien au contraire, ce que j’ai rappelé à Le Corbusier lors de notre premier entretien. Le scepticisme affiché sur son visage a vite laissé place à un sentiment de satisfaction :

« Vous pensez vraiment cela ? Les gens disent que cela ne vaut rien, c’est du vieux jeu. »

Ma réponse : « Monsieur je suis persuadée que vos quatre sièges sont jusqu’à aujourd’hui les plus modernes et que les enfants vont vouloir les hériter.

» Le Corbusier heureux de l’appréciation que je portais à ses sièges m’a de suite accordé sa confiance en me disant : « Alors, je vous donne les plans et vous pourrez les fabriquer .»

25. Sièges de zurich

Dès mon retour à Zurich, Le Corbusier m’a fait parvenir les plans de ses quatre sièges. Je me suis alors attelée joyeusement à la recherche d’un atelier pour la fabrication.

Près de ma galerie Studio Mezzanin, j’ai trouvé pour mon plus grand bonheur un local vacant qui faisait parti d’un magnifique bâtiment médiéval. Ce local était occupé, avant moi, par l’Armée du Salut.

J’ai eu le sentiment d’un bon présage, en me disant que ce lieu qui a reçu tant de bonnes ondes ne pouvait que nous faire du bien.

Je l’ai apprécié parce qu’il me semblait que cet atelier réunissait toutes les conditions pour une fabrication des quatre sièges de première classe et offrait également un bon climat pour les artisans.

Je devais acheter une machine à coudre le cuir, une autre pour travailler les coussins de duvet en coton.

De plus il me fallait une machine pour démêler les écheveaux de crin (qui étaient livrés en tresses), enfin une autre machine pour coudre les coussins du modèle cube pour les fauteuils destinés aux hommes et ceux plus larges pour les femmes.

Pour les chaises longues je devais chercher auprès de différents fournisseurs des peaux de cuir de poulains de grande qualité, ce qui était difficile à trouver, tout comme pour les peaux de cuir de veau destinées au modèle « Dos basculant ».

Très rapidement, après notre première rencontre et après trois mois de travail intense, je pouvais déjà présenter fièrement à Le Corbusier lors des son passage à Zurich les quatre modèles de sièges, de ma première série de 25 pièces.

Il a été très enthousiasmé et satisfait de leurs exécutions. Durant les neuf années suivantes, de 1958 à 1967, j’ai produit dans ma petite fabrique les quatre modèles qui ont eu un énorme succès, honorant ainsi les demandes du monde entier.

Malheureusement, ma production artisanale n’arrivait plus à répondre à toutes les commandes.

J’ai ainsi dû prendre la décision de céder mes droits de licence de fabrication pour la production en grande série à la maison italienne Cassina, à Meda, laquelle a longtemps hésité, n’ayant pas d’expérience dans les meubles de Design, mais plutôt dans les meubles en bois pour bateaux.

Après de longues tractations, je suis arrivée à les persuader. Mon premier contrat avec eux concernait la fabrication pour l’Italie, un an plus tard, je l’ai élargi à l’Europe et douze mois après, pour les U.S.A.

Il est navrant de constater qu’aujourd’hui la Maison Cassina qui a bien réussi dans les meubles de Le Corbusier, disons le, et malgré tout grâce à moi qui leur ai donné les contrats, puisse rédiger des annonces publicitaires quelque peu tendancieuses et sournoises, en notifiant qu’elle avait signé ses contrats du vivant de Le Corbusier, en occultant mon nom et la véritable Histoire de cette occurence.

Je dois souligner que Le Corbusier m’avait formellement interdit de lui présenter les membres de la Maison Cassina !

26. Couleurs fortes

En 1958, j’ai exposé les premiers sièges de ma production dans ma galerie Studio Mezzanin, selon un concept spécial que j’ai mis au point.

J’avais accroché quinze dessins de Le Corbusier que j’avais placé dans des cadres dessinés par lui-même, des sortes de caissons en bois, sur une paroi peinte dans la couleur orange de l’artiste.

Les autres surfaces étaient peintes dans les couleurs fortes de l’architecte (Le Corbusier - Clavier de couleurs), soit en bleu, orange, gris foncé, noir et ocre, représentées comme parois monochromes.

Pour cette exposition, j’avais fait imprimer des posters de format mondial qui ont été affichés dans toute la Suisse. Mon grand engagement (financier également) a stupéfait Le Corbusier.

Il me remercia avec des mots bien pesés.

27. Classées dans un tiroir

Lors d’une de mes visites à son appartement à Paris, Le Corbusier m’a fait une confidence : « Vous savez madame Weber le problème des femmes je l’ai classé dans un tiroir quand j’avais 70 ans.

J’aimerai une jolie belle femme et cela serait injuste de ma part parce que je n’ai plus rien à offrir. » A ce moment j’ai pensé que Le Corbusier avec ses mots pudiques et de façon délicate voulait me mettre à l’aise en me signifiant que je n’avais rien à craindre d’une relation intime.

Sa confidence m’a confirmé que Le Corbusier était un Homme de grande envergure et pas seulement un grand architecte.

28. L’amour au deuxième regard

Après mes différentes expositions organisées en ma galerie Studio "mezzanin", Le Corbusier semblait irrité par le fait que je n’ai jamais abordé le sujet de ses sculptures. En ce qui me concernait, je ne pouvais exposer ou vendre que des oeuvres pour lesquelles j’étais convaincue et concernée.

A propos de ses sculptures, il m’a fallut un certain temps, parce que durant les deux premières années, ses oeuvres ne me parlaient pas.

Un jour Le Corbusier m’annonça : « Madame Weber, Joseph Savina, le sculpteur qui réalise mes sculptures, avec moi, a des difficultés financières parce qu’il ne peut pas les vendre. »

Il me demanda de m’en occuper intensivement. Voilà que d’un jour à l’autre, ses sculptures se sont ouvertes à moi. De suite après, j’ai organisé une exposition exclusivement dédiée à ses sculptures.

C’est avec beaucoup de ferveur que j’ai défendu ses oeuvres auprès de mes acheteurs, de plus j’étais ravie de pouvoir, par ce biais, aider Joseph Savina.

Comme architecte d’intérieur, j’avais eu l’occasion de m’occuper de deux demeures de grands industriels zurichois passionnés d’art, ce qui m’a donné l’occasion de leur proposer les sculptures de Le Corbusier.

Grâce à ma persuasion, j’ai pu vendre une oeuvre à chacun de mes clients. J’étais heureuse d’avoir pu envoyer à Le Corbusier une somme assez importante du résultat de ma vente, ce qui lui a permis, pour la première fois, de régler Savina pour son travail.

Comme il n’y avait personne d’autre qui se soit intéressée à ses sculptures, à l’exception de mes deux acquéreurs, je suis devenue l’heureuse propriétaire de plusieurs de ses plus belles sculptures.

29. Format problématique

Un jour, Le Corbusier m’a demandé tout comme pour ses sculptures de m’occuper de ses tapisseries. A ce moment, il n’y avait plus d’amateurs, les lissiers risquaient de devoir fermer leurs usines parce que les sujets classiques n’intéressaient plus personne.

Il m’a sollicitée de sponsoriser les lissiers en leur commandant des tapisseries, afin d’assurer leur survie. Le Corbusier me proposa alors des tapisseries aux motifs modernes, reprenant certaines de ses esquisses.

J’ai spécialement aimé les peintures murales en laine. Dès le départ, il était très difficile de vendre et de placer des tapisseries de grands formats. Le Corbusier avait créé plus de 27 sujets de tapisseries, et contrairement aux autres artistes, il a lui même réalisé les maquettes (collages sur papier) pour les lissier en format 1/1.

Vu la rareté des clients et de la difficulté de vente, je me suis retrouvée en possession d’une importante collection composée de ses plus belles pièces.

Après 55 années, j’ai toujours le plaisir de réaliser à travers le monde des expositions de tapisseries, nommées par l’artiste « Muralnomad », puisqu’il suffit tout simplement de les enrouler pour les emporter avec soi, tel un nomade moderne, comme que je le suis !

30. Venez plus souvent

Lors de nos différentes rencontres avec Le Corbusier, j’ai toujours admiré sa constance. Celle-ci n’était pas un vain mot, elle était réellement vécue. Ses journées étaient si remplies et réglées, qu’il se devait pour accomplir sa destinée de respecter scrupuleusement son organigramme.

C’est ainsi que parfois en plein travail, à 17 heures précises, il me disait : « Madame Weber, ne m’en voulez pas, je vous commande un taxi, j’ai encore autre chose à faire. »

Je pensais que cette autre chose correspondait soit à la lecture, à l’écriture ou à la peinture. Sa grande discipline m’a impressionnée au point que je pense encore aujourd’hui qu’elle était le secret de son immense travail qui se reflétait dans son OEuvre pictural.

Il m’accompagnait jusqu’au taxi, et en m’ouvrant la porte, il me saluait cordialement : « Madame Weber, venez plus souvent à Paris, cela me ferai plaisir. » Dans un petit sourire, je lui répondais : « Monsieur je pense que cela serait une erreur. »

Avec sa répartie : « Oui, peut être, vous avez raison. » J’ai consciemment décidé de soutenir mon rythme de visite de tous les quinze jours. Ce rythme est devenu notre point d’orgue dans notre collaboration.

31. Visiteurs

Après plusieurs expositions dans ma galerie Studio Mezzanin, les visiteurs me posaient toujours la même question : « Comment a-t-il pu faire tout cela ! »

J’ai un jour raconté cette anecdote à Le Corbusier qui après réfl exion, s’en est retourné lentement d’un pas lourd vers sa table de travail et s’est mis à écrire sur une feuille transparente avec une plume de manière très concentrée -

« Il n’y a pas de sculpteurs seuls, de peintres seuls, d’architectes seuls, l’événement plastique s’accomplit dans une forme, une au service de la poésie. » - , puis me l’a remise sans un mot.

Depuis, je garde cette page manuscrite avec fi erté et honneur.

32. Jeune fille de la suisse

Durant une de mes première visites à Paris, j’avais demandé à Le Corbusier : « Monsieur, il y a des jeunes architectes qui aimeraient acquérir une lithographie de vous. Où puis les trouver ? » Le Corbusier : « il a quelques années, j’en ai fait quelques unes qui
ne se sont jamais vendues. » - « Monsieur, si on ne les expose pas, elles ne se vendent pas. »

Le Corbusier m’écoutait d’un air intéressé puis de son pas lourd se dirigea vers son petit bureau. Il téléphona, et moi intriguée, j’ai prêté l’oreille .

- « C’est vous Fernand, ici c’est Corbu. J’ai une jeune fille de la Suisse qui veut vous faire travailler. Je veux vous la faire présente. Je vous invite demain pour le déjeuner chez le chinois, à l’angle du restaurant la Coupole. »

Le Corbusier m’encensa Fernand Mourlot, le considérant très sérieux et entreprenant. Il souhaitait que je puisse collaborer avec lui à l’avenir pour la réalisation d’oeuvres lithographiques.

Nous n’avions pas encore terminer notre café que je disais à Fernand Mourlot : « Puis-je venir maintenant avec vous à votre imprimerie ? » Tant Le Corbusier que Mourlot étaient surpris, que je puisse attaquer cette affaire sans détours, allant droit au but. Probablement qu’ils s’attendaient à un après-midi détendu.

Fernand Mourlot et moi avons construit une magnifique collaboration, très féconde, en produisant quelques milliers d’oeuvres, d’après une centaine de différents sujets de Le Corbusier.

Mourlot était très heureux parce que j’étais devenue une très bonne cliente, comme il m’a confirmé plus tard que j’étais une des rares personnes à avoir payé les factures par retour du courrier.

La cave de ma galerie Studio Mezzanin se remplissait continuellement avec des grandes caisses envoyées par Fernand Mourlot. Le risque que j’encourrais concernait le fait que toutes ces lithographies ne se vendraient pas. Je devais assumer toute seule non seulement les risques mais également leurs productions.

Je devais assumer également leurs ventes en réalisant non seulement des expositions mais également des catalogues. Le Corbusier, dans cette affaire, ne s’est jamais questionné sur le procédé que j’ai adopté pour réussir la réalisation de cette entreprise.

33. Poème des chaussettes

Deux jours avant Noël, je lui rendis visite avec un petit cadeau pour la circonstance de la part de ma mère.

Le petit paquet était emballé dans un papier spécial Noël, avec un grand ruban enjolivé de noeuds dans lesquels un brin de sapin était inséré. Ma mère était une femme simple de la campagne.

Soucieuse pour le Corbusier par le fait de son veuvage, plus de femme pour s’occuper de lui, d’après ce qu’elle me disait, décida de lui tricoter des chaussettes. Je ne pouvais pas refuser à ma mère son cadeau.

J’ai dû donc le remettre à Le Corbusier, surtout que ma mère était de bonne foi. Quand il a ouvert le petit paquet, plein de joie, il en a été surpris : « Je suis un jeune homme, je porte des chaussettes fines, mais c’est quand même gentille de sa part », ému il ajouta « Je vais la remercier. » Paris le 8 février 1961

A la gentille maman de Heidi Weber

Chère Madame

J‘ai été très touché
de recevoir le si beau cadeau que vous
m‘avez fait de vos propres mains : un
tricot impeccable et élégant, une laine
à nulle autre pareille.
Pour fêter l‘évènement, la
chaudière du chauffage central de mon
immeuble, a eu la délicatesse de sauter !
Si bien que nous voici, depuis dix jours sans
calories et le nez rouge ! Mais mes pieds,
désormais, se rient de la mésaventure.
Avec de telles chaussettes, je pourrais partir
au pôle nord, cet été ! …..
Merci encore chère Madame ; je vous
souhite la meilleure santé, comme déjà,
vous avez la meilleure fille !

v. Le Corbusier

34. Les vrais visages

Itérativement, à divers moments, il me demandait : « N’est ce pas Mme Weber, s’il m’arrive quelque chose vous continuerez à faire connaître mon OEuvre pictural dans le monde !

» Je lui répondais toujours avec une voix déterminée : « Bien sûr Monsieur . » Après qu’il m’ait exprimé à plusieurs reprises avec un air inquiet ses problèmes, je me suis inquiété de la promesse que je lui ai faite.

Quant il est revenu sur le même sujet, je lui déclarai : « Monsieur, vous m’avez prié à plusieurs reprises de continuer à faire connaître votre oeuvre s’il devait vous arriver quelque chose, j’ai pensé que nous devrions peut-être mettre par écrit vos désirs, parce que si un jour vous n’êtes plus là, on va me contester ce droit. »

Il me regarda attentivement et me demanda « Qui va vous contester ce droit ? » « Monsieur, les vrais visages, on les verra quand vous ne serez plus là ! »

Après un moment de calme, Le Corbusier : « Oui peut-être vous avez raison. Faites moi une proposition. » Un jeune avocat capable, Me Jacques Dumas à Paris, a réfléchi à cette question et a élaboré une proposition de contrat simple et claire.

Le Corbusier l’a signé sans hésiter. Ce contrat m’a protégée plus tard de la perte de tous mes biens, inclus mon musée, parce que les instances de la nouvelle fondation ne respectaient pas les termes du contrat. Malheureusement j’ai du me défendre devant une cour à Paris. Ce a dire, d'etre confronter des années avec ses esprits miserable d'avocat et a la court avec les juges.(Voir anecdote) Malheureusement j'ai apprit seulement après ce procès q'au 'une personne ètrangére a de la chance de gangner devant une court francaise.

35. Grande bouffe

Pastis, apéritif français, 40 à 45% d’alcool
Entrée: Variétés de charcuteries avec une bonne bouteille le vin blanc
Plat principal : entrecôte, gratin de pommes de terre, accompagnés
de vin français corsé
Dessert: Soufflé au caramel
Cafés
Digestif: Cognac

Le Corbusier aimait ces diners français luxuriants, pourtant ce type de menu n’était pas conseillé pour sa santé. Je me suis faite de tels soucis compte tenu de son âge que, délicatement, j’ai essayé de lui dire que ces grands diners sont malsains.

Le Corbusier n’était pas enchanté par ma remarque, son visage s’est renfermé et endurci : « Vous avec votre «végétarisme», vous arrivez toujours affamée chez moi !» ( je suis à 90% végétarienne).

Deux fois par jour, il dévorait ces énormes menus, sans sport ni mouvements, je pense que personne ne peut digérer de telles quantités.

C’était pour moi, très difficile et délicat de m’immiscer dans sa vie privée, pourtant un jour, j’ai eu spontanément l’idée de lui parler de sa nourriture. Durant un de ces dîners riches, je lui ai fait une remarque de façon anodine :

« Monsieur, j’ai lu quelque part dans un journal que c’est très malsain de manger le soir avant de se coucher. » Son expression m’a signifié qu’il n’était pas enthousiasme par ma remarque.

Deux mois après, lors d’un de ces dîners, il me déclara fièrement : « Vous savez, Madame Weber, j’ai décidé de ne plus manger le soir. » J’était très contente et soulagé de ses mots et je pense que mon message a passé.

Je regrette que ma perspicacité soit arrivée trop tard. Le Corbusier est décédé trop tôt, à l’âge de 78 ans.

36. Pas de femme là-dedans !

Lors de notre dernier déjeuner de travail à Paris, avant son départ en vacances, Le Corbusier s’est entretenu à nouveau avec moi au sujet de la création de sa fondation et des problèmes y associés.

Il m’exprima son désir : « N’est ce pas Madame, vous continuerez votre travail de faire connaître mon OEuvre pictural dans le monde, s’il m’arrivait quelque chose ! » Ma réponse était toujours claire : « Mais bien sûr, Monsieur.

» Après avoir discuté à plusieurs reprises avec moi de la planification de sa fondation, j’y ai sérieusement réfléchi. Lors d’un dîner à son domicile, je lui ai soumis mes réflexions :

« Monsieur à plusieurs reprises vous m’aviez dit que vous allez créer une fondation pour héberger tous vos biens. J’ai pensé qu’il serait peut-être indiqué que je sois membre de cette fondation pour pouvoir défendre une partie de votre oeuvre importante, l’OEuvre pictural. »

Sa réponse est brève : « Non, pas de femme là-dedans ! »Son «Non» sans équivoque m’a totalement heurtée. Ma réplique était emplie de colère et quelque peu sévère : « Monsieur, vous êtes aussi seulement un homme ! »

Là, Le Corbusier choqué par mes paroles se tut et il y eut un moment de silence entre nous. Ma remarque est restée sans réponse, et je ne pouvais m’empêcher de voir qu’il était mal à l’aise.

Dans une telle situation délicate, il s’est enfermé en lui même comme à son habitude, conformément à son adage « Il faut ruminer les choses », les gérer, les méditer, il avait besoin de temps.

Le 1er Août , il est allé à Cap Martin pour y passer ses vacances. Je suis fermement persuadée qu’il a certainement trouvé le temps dans son ermitage pour «ruminer».

Malheureusement, il na pas eu le loisir de m’annoncer ses conclusions. Il a quitté notre monde le 25 Août 1965, lorsqu’il nageait dans sa mer bien-aimée au Cap Martin. Pour moi, ses pensées restent inscrites dans les nues.

J’ai appris qu’une certaine personne lui a rendu visite à Cap Martin. Le Corbusier lui a exprimé qu’il n’était pas satisfait de la composition du conseil d’administration et des statuts de sa fondation, qu’il allait y remédier dès son retour le 1er septembre à Paris, en changeant le règlement et la constitution de sa fondation.

Je suis convaincue qu’il allait certainement m’appeler à son retour de vacances et que sa mauvaise décision de ne pas inclure les femmes dans le Conseil d’administration allait être corrigée.

Le Corbusier ne pouvait imaginer que son héritage soit entre les mains de fonctionnaires français sans aucune culture, ni compréhension, et que la gestion de son oeuvre se fasse sans intérêt ni amour pour son travail.

Malheureusement, son départ prématuré contrecarrant ses intentions de changement m’ont occasionné divers tracas par la fondation qui a été seulement créée en 1969.

Son erreur de ne pas m’avoir acceptée comme membre de la fondation a eu pour moi de graves conséquences, rendant mon travail que je lui ai promis très difficile.

37. Enfin feu vert !

Vers la fin du mois de juillet, une étrange inquiétude s’est emparée de moi. J’avais de gros problèmes sur le site de la construction du musée avec le contremaître et les artisans.

Je devais appeler Le Corbusier de toute urgence. Il a préféré recevoir ma requête par écrit parce qu’il ne voulait pas être perturbé par le téléphone.

Je savais qu’il devait partir le 1er Août à Cap Martin, en vacances. Il était urgent pour moi de l’appeler, même si je devais l’importuner par mon téléphone.

Quand il a accepté l’appel, je lui ai dit: - « Monsieur, j’ai plusieurs problèmes sur le chantier à régler. Je dois urgemment venir vous voir avec les divers chefs des entreprises de construction. »

- « Heidi Weber, moi je fiche le camp en vacances, venez me voir après mon retour. » Contrariée par sa réponse, j’ai dû inventé un prétexte : « Monsieur, je dois vous voir avant votre départ, parce que la maison de métal n’a pas de travail. »

Le Corbusier : « Comment ça se fait, je croyais que les suisses ont du travail. Bon d’accord, pour vous faire plaisir, alors venez encore demain, à 11 heures, à mon atelier, 35 rue de Sèvres. »

J’ai ordonné comme un général à tous les directeurs des entreprises de construction de se rendre le lendemain à 7 H 30 à l’aéroport pour prendre avec moi l’avion pour Paris.

Il y avait environ septante détails importants qui restaient pendants et non signés par Le Corbusier. J’avais dressé une liste signalant tous les détails qui devaient être vérifiés et corrigés par lui.

Ce fut une très longue journée, Le Corbusier a repris patiemment la liste, détail après détail, en apportant toutes les corrections nécessaires puis a signé tous les plans.

Au terme de cette réunion nous nous sommes rendus dans son restaurant favori, chez Madame Prunier pour dîner.

Le 31 juillet 1965, Le Corbusier en partant m’a adressé ses derniers mots : « Maintenant vous avez le feu vert ! Maintenant vous pouvez y aller … »

Epilogue